publié en 2006 retrace le parcours de vie de femmes vivant dans la province de Xaïgnabouly, Nord-est du Laos montrant que certaines opportunités de même que l’Histoire leur ont permis de s’installer dans la Capitale, Vientiane et de briser le chemin de vie qui leur étaient prédestiné.est une date tournant concernant la condition de la femme.

Sexe au laos-86

sont donc toujours existants et aucun plan national réel ne vise à les résoudre.

Certes, la loi punit la traite et la prostitution, par une peine allant de trois mois à un an d’emprisonnement pour cette dernière, mais les sanctions effectives restent épisodiques et concernent plus les prostituées elles-mêmes que les proxénètes.

Par Laura Secorun Palet Lorsqu’il faisait du tourisme en 2013, A.

e Laos a connu depuis la Seconde Guerre Mondiale un certain nombre de bouleversement.

Entre isolement politique, conflits politiques et crises économiques, la situation des femmes laotiennes a pu profondément se modifier et évoluer.

La tradition voulait que les femmes soient destinées aux tâches ménagères, à une vie modeste de paysanne, in fine à rester au foyer.

Cependant, elles ont su à travers l’histoire de leur pays, s’affirmer.

Ainsi, l’Organisation internationale de la Francophonie reconnaît qu’à l’Assemblée Nationale siègent désormais 22% de femmes dont une femme appartenant à la minorité ethnique des Hmongs occupant un poste de Vice-Président.

, elle renforce ainsi les mesures mettant en avant leurs compétences, leur morale, créant un environnement favorable à leur participation au développement de leur pays, réaffirmant toujours l’égalité homme-femme et luttant contre la violence domestiques, la traite des femmes.œuvre au Laos pour inclure les femmes dans une activité professionnelle et donc générant des revenus comme par exemple fabrication des produits à partir de fibres de banane, ou autre ressource naturelle présente au laos.

Le but est réellement d’accroitre leur rôle dans les villages, plus largement leur confiance en elle.

Les normes sociales et culturelles implicites depuis des années ne sont pas favorables aux femmes, leur mettant dans l’idée qu’elles ne sont pas capables de pouvoir avoir des rôles importants, ni d’exprimer leur opinion à une large échelle., l’état de sous-développement ne peut être nié au Laos et essentiellement dans les zones rurales éloignées où l’accès aux soins de base est précaire, et les informations, les préventions notamment sur les risques du VIH sont rares alors que 80% de la population vit en zone rurale.